Comité intersyndical pour l'assainissement du lac du Bourget

Valorisation de sédiments des ports sur la plaine de la Coua

3 étapes pour assurer  la valorisation des sédiments des ports sur la plaine de la Coua

Dans le cadre de la réhabilitation de l’ancienne décharge de la plaine de la Coua à Viviers-du-lac, le CISALB a été autorisé par l’Etat à valoriser les sédiments portuaires de la CALB sur ce site.

1- En amont de l'opération de curage des ports

130 carottes de sédiments portuaires ont été prélevées pour évaluer leur toxicité éventuelle. Tous les échantillons ont été analysés par un laboratoire agréé. Sur les 130 carottes, le laboratoire n’a constaté aucun dépassement de norme sur les toxiques : PCB, HAP, BTEX, molybdène, antimoine, nickel, plomb, mercure, baryum, chrome, cadmium, sélénium et indice phénol.

Ces matériaux ont donc été considérés comme déchets inertes.

>>La réglementation précise que seuls peuvent être valorisés sur le site les sédiments respectant les valeurs limites utilisées pour caractériser les matériaux inertes (arrêté ministériel du 28 octobre 2010 relatifs aux installations de stockage de déchets inertes).

2- Curage des ports et dépose des sédiments

L’entreprise mandatée pour réaliser le curage des ports a déposé les sédiments de chaque port dans des casiers pré-affectés sur la plaine de la Coua. Ainsi, la traçabilité des dépôts est assurée.

Un décanteur a été créé puis raccordé aux casiers par un jeu de fossés pour limiter les rejets de matières en suspension en période de pluie dans le fossé qui longe la route et rejoint le lac.

Conformément aux exigences de l’Etat, le CISALB a mis en place un suivi en semi-continu de la qualité de l’eau à la sortie du décanteur. Les 6 prélèvements d’eau faits à la suite d’importants événements pluvieux ne signalent aucun fait marquant ; confirmant ainsi le caractère « inerte » des sédiments et l’efficacité du décanteur.

3- Fin du curage des ports et poursuite de la valorisation des matériaux déposés

Au terme de ces 6 mois de curage (de décembre 2014 à mi-mai 2015), le CISALB laissera les casiers exposés à la chaleur de l’été (pour permettre l’évaporation de l’eau) puis entamera à l’automne 2015 le couvrement de la zone par des matériaux terreux à forte teneur en argile.

  Les couches supérieures prennent 4°C. La transparence atteint 7,5m. La thermocline se met en place, avec un gradient de températures qui varie... ..

Au programme : Des roseaux pour nettoyer l'eau usée ? Oui à la station de traitement à macrophytes de... ..

Les pêches exceptionnelles de géniteurs d’omble chevalier et de lavarets réalisées dans le cadre du pacage lacustre se sont déroulées... ..